Le roman

Amitié, Politique et Confettis!

amitie-politique-et-confettis-une-campagne-electorale-municipale-anna-gueriteauUne galerie de portraits amusante et vraie.

Un ton décalé, une écriture alerte pour décrire, avec amusement ou férocité, des situations cocasses ou émouvantes, des personnages parfois déconcertants.

Dans une petite ville, un jour, des amis décident de se présenter aux élections municipales, en dehors de tout parti politique.

dents-longuesmauricegars-etoile

Il n’est ici pas du tout question de politique mais de relations entre les différents personnages, leurs actions et réactions face au quotidien matériel de cette campagne électorale.

requin

 

L’histoire est menée tambour battant. Le lecteur appréciera une peinture des caractères, des attitudes, des réactions et des évolutions des protagonistes. Cela lui rappellera des situations déjà vécues dans son milieu professionnel, associatif, familial…

moucherongars-grand-sourirescie

La véritable aventure de l’engagement de Bérénice vous fera tantôt vibrer avec elle, tantôt frémir. Vous serez touché(e) par les situations rencontrées, parfois même ému(e). Et vous aurez aussi l’oc­casion de rire de certains comportements.

berenice-avec-gros-paquet

Le ton est léger, drôle et émouvant.

camembertdromadaire

 

Comme l’écrit Roselyne Bachelot dans sa préface :

Vous aurez envie de jouer, de comparer avec des situations connues de votre vraie vie, du milieu dans lequel vous évoluez. Vous verrez, c’est jubilatoire !
Un livre à recommander (et à offrir !) aux anciens candidats qui retrouveront des situations connues, aux futurs candidats qui sauront mieux où ils vont …peut-être (« un homme averti en vaut deux »!) et à leur entourage.

 

La préface de Roselyne BACHELOT:

 

En politique, le meilleur côtoie le pire et la réalité peut largement dépasser la fiction.

Normal, c’est le creuset d’une curieuse (furieuse?) alchimie, creuset dans lequel se fondent le désir de servir et la volonté de pouvoir, la recherche du bien commun et l’ambition de réussir, l’action pour ses idées et la nécessité de dépasser les oppositions.

Alors, point d’angélisme ; pas de cynisme non plus. Anna Guériteau a choisi de nous livrer des scènes de vie fraîches et réalistes, au cours d’une campagne politique municipale « de base » dans laquelle Bérénice compose avec ses colistiers, les tire, les pousse, prend des coups, s’effondre, repart, … bref offre à notre gourmandise les multiples facettes de la nature humaine.

 

Je me suis vraiment reconnue dans Bérénice puisque j’ai mené en 1995 une campagne municipale à Angers; et amusée souvent à retrouver dans les personnages d’Anna tel ou tel collègue ou partenaire rencontré lors de cette aventure.

 

En fait, c’est comme la télé-réalité : on aime parce qu’on se reconnaît (peut-être)… et qu’on reconnaît ses voisins et collègues ( ça, c’est sûr ! ).

Mais attention, une lecture peut en cacher une autre : vous lirez d’abord un scénario qui se veut factuel, détaché, même si vous pousserez par ci par là des : « ah non, là, elle exagère, .. quoique … » ou des « mais ils se voient eux mêmes, les gens ? ». Et puis progressivement, vous aurez envie de jouer, de comparer avec des situations connues de votre vraie vie, du milieu dans lequel vous évoluez. Vous verrez, c’est jubilatoire !

 

J’ai aimé ce premier travail d’Anna Guériteau. Il tombe à pic avant de prochaines échéances électorales locales. J’aime aussi ses personnages, les mauvais comme les bons, puisque tous ils sont un peu de nous-mêmes.

 

Pourvu qu’il y ait encore beaucoup de Bérénice dans nos 36 000 communes!

 

Roselyne BACHELOT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



*